Charles-Bruneau
Médias sociaux
S’inscrire à l’infolettre
Facebook
Twitter
YouTube



 25e ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION

C’est le 12 février 1990 que la Fondation ouvrait officiellement ses portes.

La population québécoise avait alors fait le deuil, 2 ans plus tôt, d’un enfant rassembleur, optimiste et jovial, un enfant que personne ne pouvait oublier : Charles Bruneau.

25 ans plus tard, inspirée du grand rêve de guérison de Charles, la Fondation c'est :

  • 50 millions de dollars investis
  • Un Centre et 3 unités d’oncologie pédiatrique Charles-Bruneau construits et à venir
  • L’appui de plus d’une centaine de personnalités publiques
  • Annuellement : 6 événements majeurs et près de 40 activités organisées par des tiers au profit de la Fondation. On compte donc près d’un événement par semaine pour la cause.

La Fondation Charles-Bruneau, c’est surtout une histoire de famille.

L’histoire de la famille Bruneau qui s’est mobilisée pour permettre au rêve de Charles de perdurer.

Cet esprit de famille, on le retrouve dans les yeux des porte-parole, dans l’énergie des participants, dans les câlins des enfants, dans le dévouement des membres du conseil d’administration et des comités organisateurs et dans la grande générosité des donateurs et partenaires.

En trente ans, les taux de guérison des cancers de l’enfant sont passés de 30 à 80 %. Cependant, le cancer est toujours la principale cause de décès par maladie des enfants et plus des deux tiers des enfants guéris gardent des séquelles du cancer ou de ses traitements.

Fière d’avoir mis sur pied des infrastructures spécialisées et mieux adaptées aux besoins des familles, la Fondation entend désormais maximiser ses investissements dans le développement de la recherche. Deux objectifs guideront les chercheurs : guérir les 20 % d’enfants dont le cancer résiste au traitement et améliorer la qualité de vie des enfants en rémission afin qu’ils puissent atteindre une vraie guérison, sans séquelles ni complications.

L’amélioration de la qualité de vie passe par des traitements moins toxiques. Elle passe aussi par le soutien des patients dans les défis psychologiques, sociaux et spirituels posés par la maladie, les traitements, et leurs séquelles.